#IdéesJFD                                                           A retenir, nos propositions

  • Rendre optionnel la possibilité d’inscrire son groupe sanguin sur sa carte d’identité
  • Rendre optionnel la possibilité d’inscrire son choix de donneur sur sa carte d’identité.

Inscrire sur la CI son groupe sanguin et son choix de donneur

S’il est un document que vous avez le plus de chance de posséder sur vous en cas d’accident, c’est bien votre carte nationale d’identité.

La carte nationale d’identité est délivrée à toute personne qui en fait la demande, sans condition d’âge. Elle est valable dix ans, bientôt 15, mais, même périmée, elle permet à son titulaire de justifier de son identité sur le territoire national, à condition que la photographie soit ressemblante. Elle n’est pas obligatoire en France (depuis 1955), mais du fait de sa gratuité (depuis 1998), la majeure partie des français en possède une.

Connaître votre groupe sanguin peut vous sauver la vie

En cas d’accident, par exemple de la route, il peut être nécessaire de procéder à une transfusion sanguine et donc de connaître votre groupe sanguin. Parfois même en extrême urgence. Faute de posséder une carte justifiant de votre groupe sanguin, il serait alors nécessaire de procéder à des tests pour déterminer votre groupe, d’où une perte de temps, qui peut être critique…

Les Jeunes Forces Démocrates proposent que soit rendu optionnel la possibilité d’inscrire son groupe sanguin sur sa carte d’identité. Lors de la constitution de la carte, il suffirait de fournir une carte de groupe sanguin ou tout autre analyse médicale établissant votre groupe sanguin.

Il manque 10 000 donneurs d’organes

En 2011, il manquait en France plus de 10 000 organes pouvant être greffés pour sauver des vies. C’est à dire 10 000 personnes qui survivent difficilement,qui attendent, qui espèrent. Dans le même temps, des organes ne sont pas prélevés, parce que la famille, faute d’information sur le choix du défunt, refuse le prélèvement d’organes sur leur proche. Refuser de donner ses organes, et inscrire son choix sur le registre national des refus, est entièrement respectable. Mais ne pas prélever d’organes car on ne connaît pas la position d’un proche est idiot, car ce sont des vies qui sont en jeu.

En France, une personne est considérée comme étant par défaut un donneur, à moins qu’il n’ait fait part de son refus, soit formellement, soit auprès des proches. Carte de donneur ou non, les équipes médicales doivent consulter les proches avant d‘envisager tout prélèvement.

Afin d’encourager la démarche de réflexion de chacun sur cette question du don et soutenir son choix auprès de ses proches, les JFD proposent qu’il soit rendu optionnel la possibilité d’inscrire son choix de donneur sur sa carte d’identité. Inscrire ce choix ne retirerait en rien l’obligation légale des équipes médicales de s‘adresser aux proches avant tout prélèvement.

Avec ces deux propositions, votre carte d’identité sera plus qu’une simple carte d’identité, elle pourra sauver des vies, la votre, ou celle des autres.

Pole Réflexion
Jeunes Forces Démocrates

 

Pour en savoir plus

Rapport du Sénat sur la Carte nationale d’identité
Don d’organe: comment signaler que l’on est donneur 
Don du sang: le site de l’EFS