1914. Cent ans plus tard, qui aurait pu croire que la France et l’Allemagne pouvaient espérer le même avenir sans haine et sans violence ? Qui aurait pu croire que Français, Allemands, Espagnols, Italiens, Belges, Néerlandais, allaient utiliser la même monnaie et circuler librement sur un territoire ?

1964. Cinquante ans plus tard, qui aurait pu imaginer qu’une française pouvait discuter instantanément avec quelqu’un qui se trouve a l’autre bout du monde ? Qui aurait pu penser qu’un Président d’une grande puissance pouvait communiquer en un message de 140 caractères, et que ce message allait faire le tour du monde en même pas une minute [1] ?

Aujourd’hui, en 2014, ce n’est plus un rêve, c’est devenu la réalité. Numérique ou Europe, ils font partie de notre quotidien. Deux réalités pourtant malmenées par les politiciens qui en font des bouc émissaires de nos maux et de nos craintes.

Alors que le chômage persiste en France, le numérique est abandonné sur la bas coté des réformes et aucun véritable plan numérique n’est lancé dans notre pays. A la fin de l’été 2013 était présenté une étude concernant les emplois déjà existant liés au numérique et selon le Cinov IT (syndicat représentant les TPE et PME du numérique) plus de 36 000 emplois peuvent être crées sur 5 ans [2] (7 200 postes par année). Pour que ces emplois trouvent preneur, la France devra accentuer ses offres de formation : trop peu de personnes sont formées face à la demande des entreprises (community manager, expert cybersécurité – la plupart des experts en sécurité sont des hackers qui n’ont rien appris a l’école mais qui ont tous appris en pratiquant …) [3]  Cette prolifération de postes non pourvus se retrouve dans les statistiques du Conseil de l’Orientation pour l’Emploi qui dénombre plus de 400 000 emplois vacants dont une bonne fraction dans le secteur du numérique [4]. Le président du Syntec Numérique (syndicat de l’industrie numérique), Guy Mamou-Mani, annonçait qu’en 2014 le numérique allait réaliser 35 000 recrutements [5]. Donc oui le numérique est source d’emplois et doit être un vecteur de notre vision d’avenir. Doit on rappeler que le groupe Ubisoft, entreprise Française fondée par les cinq frères Guillemot en 1986 dans le Morbihan, est le 3ème éditeur indépendant de jeux vidéos en France et aux Etats-Unis [6] ?

De plus le numérique n’est pas vraiment utilisé comme il devrait l’être par l’administration française. Le Très Haut Débit ainsi que la fibre optique prospèrent (de façon inégale) sur tout le territoire, mais pour quelle utilité ? Comment nos administrations, nos hôpitaux, nos médecins peuvent ils utiliser cette nouvelle source de rapidité ? Le développement de la télémédecine peut être un exemple.

Tout comme le Numérique, les compétences que peut développer l’Union Européenne sont utilisées au strict minimum. Pour une bonne et simple raison: chaque Etat joue pour son propre intérêt. Est-ce vraiment ça la raison d’être de l’Europe?

L’Europe, tout comme le Numérique, doit être un projet d’avenir qui nous permettra de rester connectés dans un monde qui change. La France ne pourra pas quitter l’Europe comme elle ne pourra pas quitter le réseau numérique. Abandonner l’Europe et se renfermer sur soi serait la même erreur que de couper toutes les connections internet et de retourner dans un temps ou le numérique n’existait pas.

Si la France ne prend pas rapidement des décisions sur le numérique, elle sera très vite concurrencée par les pays qui utilisent intensivement cette ressource d’emplois et de croissance et ce discours est valable avec l’Europe.

Si la France décide de sortir de l’Europe, elle devra affronter seule les géants qui émergent tels que l’Inde, le Brésil, la Chine, le Mexique ou la Corée du Sud. La France a besoin du numérique comme elle a besoin de l’Europe.

Au contraire, nous pouvons créer une Europe stratège et en faire un atout pour notre économie et donc la France. Qu’attendons-nous pour mettre en place une Europe du numérique? un marché commun du numérique? une stratégie industrielle au niveau continental?

Certes il faut faire attention, aussi bien avec le numérique qu’avec l’Europe, des ‘virus’ peuvent venir brouiller les rouages. Mais l’Europe et le numérique sont deux atouts pour la France: pour créer plus de connexion entre les Etats membre pour créer une Europe sociale, démocratique et ambitieuse pour l’emploi.

 

Pole projet
Jeunes Forces Démocrates-UDI


 

[1] https://twitter.com/BarackObama/status/266031293945503744
[2] http://pro.01net.com/editorial/609832/plus-de-36-000-creations-d-emplois-dans-le-numerique-d-ici-5-ans/
[3] www.syntec-numerique.fr/sites/default/files/related_docs/cep_numerique_rapport_final_2013.pdf
[4] www.contrepoints.org/2013/10/11/142116-france-trop-chomeurs-trop-demplois-pourvus
[5] www.itforbusiness.fr/leaders/opinions/item/1440-syntec-prevoit-une-croissance-mesuree-du-secteur-it
[6] www.ubisoftgroup.com/fr-FR/a_propos_d_Ubisoft/chiffres_cles.aspx