#IdéesJFD                                         A retenir, nos propositions

  • Pour tous les jeunes lycéens: une journée passée au sein d’un tribunal et assister à un ou des procès
  • Intervention dans les lycées de gendarmes ou policiers, de juges et avocats et de condamnés pour témoigner
  • Education civique: une heure de débats chaque semaine

Nous contacter

Rendre la justice plus ‘réelle’ et plus ‘concrète’

Pour les jeunes, le monde de la justice est souvent abstrait, mystérieux.Il est parfois même vu comme un ‘ennemi’. Cela tient sans doute du fait que ce monde est très mal connu, et le rôle de tous les acteurs de la justice, juges, avocats, procureurs, greffiers, est rarement bien compris, ou alors à travers le prisme parfois déformant de séries TV.

Les programmes d’éducation civique du lycée abordent les notions fondamentales du droit. Mais la justice, comme l’éducation civique, ne peuvent se résumer simplement à des textes. Car la justice est avant tout un face-à-face entre la victime, l’accusé et ses juges, un face-à-face fondamentalement très humain. Un face-à-face qui implique aussi les citoyens, car les audiences sont publiques. La publicité est un principe fondamental du fonctionnement de la justice, consacré par l’article 6-1 de la Convention européenne des droits de l’homme. Il se justifie par le fait que la justice étant rendue « au nom du peuple », les citoyens doivent pouvoir en contrôler l’exercice quotidien. Cette publicité est aussi une opportunité pour les jeunes citoyens qui peuvent ainsi en profiter pour mieux comprendre ce que signifie concrètement la justice au quotidien. Des jeunes qui sont, ne l’oublions pas, des justiciables potentiels comme tous les autres citoyens.

Assister à une audience une fois dans sa scolarité

C’est pourquoi les Jeunes Forces Démocrates proposent d’inclure systématiquement dans la séquence de formation à l’éducation civique de tous les jeunes lycéens, une journée passée au sein d’un tribunal. Une telle journée serait avant tout l’occasion d’assister à un ou des procès de correctionnel choisis avec soin (voir même un procès d’assise).

Bien entendu, une telle démarche doit s’inscrire dans une réflexion plus globale afin de permettre à la fois de bien saisir la gravité et l’importance, tant pour la victime que l’accusé, des enjeux auxquels ils seront confrontés, mais aussi de nourrir leur réflexion, et peut-être remettre ainsi en question leurs idées préconçues sur le monde de la justice. Cette démarche pourrait également inclure l’intervention dans les lycées de gendarmes ou policiers, de juges et avocats, et peut-être même de condamnés qui souhaiteraient témoigner.

De telles visites de lycéens dans les tribunaux existent déjà ponctuellement, par exemple dans les Hautes-Pyrénées. Il s’agirait maintenant de systématiser cette approche pour renforcer les liens entre le monde de l’éducation et celui de la justice, et peut-être aussi pour créer des vocations, alors que les métiers de la magistrature souffrent d’une baisse constante de candidats.

Pour en savoir plus

L’exemple des Hautes-Pyrénées
Le programme actuel d’éducation civique

Une autre approche de l’éducation civique

Ces visites doivent s’inscrire dans une refonte plus large du cours d’éducation civique au lycée, cours souvent peu appréciés des élèves à cause d’une approche peut-être trop lourde et rébarbative. Nous proposons donc de transformer ce cours en une heure d’échange d’idées, un moment de débat propice à la réflexion sur des sujets sociétaux et d’actualité.

Ces débats, préparés au préalable par les lycéens, seraient un bon moyen pour développer leur capacité d’argumentation orale et les encourager ainsi à suivre régulièrement l’actualité. Par ailleurs, des intervenants extérieurs à l’établissement, en lien direct avec le sujet traité (reprenons l’exemple de magistrats, conviés lors d’une réflexion sur la justice) seraient les bienvenus pour alimenter la réflexion. Ainsi, un cours relativement peu attrayant jusqu’alors, se transformerait en une véritable agora civique et pourrait réveiller le regard de notre génération sur l’enjeu politique contemporain.

Réconcilier la jeunesse et la Justice

Cette démarche (interventions d’acteurs de la justice, visite de tribunaux et découverte d’une procès, réflexion en classe dans le cadre d’un cours d’éducation civique rénové) permettrait de sensibiliser les élèves à la justice, à la fois par la confrontation à des situations qui soulignent que tous sont des justiciables, que par la rencontre avec les professionnels. Des professionnels qui peuvent expliquer le vrai visage de la justice et les principes fondamentaux et démocratiques qui garantissent à chacun un procès juste et équitable, mais aussi un procès humain.

 

Pole Réflexion

Jeunes Forces Démocrates