La Commission européenne a annoncé ce mardi, le feu vert accordé au programme Erasmus +. Doté sur 7 ans (2014-2020) de près de 15 Md€, soit 40% de plus que le programme actuel, Erasmus + vise à permettre la mobilité de plus de 4 millions de personnes en Europe.

Alors que des menaces planaient sur le financement d’Erasmus l’année dernière (pour lesquelles nous avions interpellé M. Barnier), un programme européen qui a permis en 25 ans à près de 3 millions d’étudiants d’acquérir une ouverture à ce qui se passe hors des frontières de leurs pays, de faire l’expérience de l’incroyable richesse qu’apporte la différence, de se confronter à d’autres manières de penser,  les Jeune Forces Démocrates ne peuvent que se réjouir de cette annonce.

6 millions de jeunes européens sont au chômage en Europe, sans compter les jeunes NEET (ni étudiant, ni employé, ni stagiaire : des jeunes complètement perdus et marginalisés), alors que plus de 2 millions d’emplois seraient non pourvus faute de candidats qualifiés. Erasmus + offrira de nouvelles opportunités à travers un soutien financier pour étudier, réaliser un stage, travailler ou être volontaire partout en Europe : 2 millions d’étudiants de l’enseignement supérieur, 650 000 en apprentissage et formation professionnelle, plus de 500 000 volontariats ainsi qu’un système de prêts garantis par le Fond européen d’investissement pour financer des études de niveau master.

Cette nouvelle programmation a aussi vocation à encourager la participation de toutes les formes d’organisations actives dans les domaines de l’éducation, l’enseignement supérieur, la formation professionnelle et la jeunesse. Elle se veut également plus ouverte sur le reste du monde avec la possibilité d’associer des partenaires de pays tiers de l’Union européenne à la construction des projets de mobilité et de partenariat stratégique. De nouveaux domaines seront également couverts, comme un programme de 265 M€ pour développer la dimension européenne du sport.

Erasmus va également permettre une simplification, plus que bienvenue, des nombreux programmes actuels de soutien aux jeunes et à l’éducation : programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (7 Md€ actuellement avec Erasmus, Leonardo da Vinci, Comenius, Grundtvig)  programme Youth in Action  (885 M€) ainsi que 5 programmes de coopération internationaux (dont Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink). La lisibilité des financements sera ainsi grandement simplifiée pour les candidats.

Evidement, nous devons rester vigilent sur la mise en place effective de ce programme, à commencer par son adoption par le Conseil des ministres au cours du mois prochain. Il sera également crucial de veiller à poursuivre le développement d’Erasmus, d’une part en accroissant encore sa visibilité (seulement 3-4% des étudiants européens n’ont jusque là été concernées par Erasmus), et d’autre part en améliorant la qualité du programme par l’étude précise de ce que les étudiants recherchent par ces échanges.

La mobilité des étudiants en Europe est une composante cruciale non seulement pour réduire le chômage des jeunes, mais également pour stimuler la croissance sur notre continent et améliorer notre compétitivité.

Par ce programme Erasmus + et les moyens accrus qui lui sont accordés, l’Union européenne démontre avec force le rôle clef de l’Europe peut et doit jouer dans la vie des tous les jours des jeunes ainsi que les outils essentiels dont elle peut disposer pour s’atteler aux problèmes cruciaux de notre continent.

Erasmus + est aussi un pied-de-nez envoyé à tous les partis populistes, nationalistes, identitaires et racistes, car Erasmus, c’est permettre un extraordinaire brassage des cultures, c’est faire vivre la réalité de l’Europe, une contribution inestimable à la fabrication du Citoyen européen.

L’Europe n’est pas un « machin abstrait qui ne sert à rien », mais une solution commune pour sortir par le haut de la crise actuelle. Elle est imparfaite, elle manque d’un véritable souffle politique, d’un cap et d’une vision, perdus depuis les Peres fondateurs, mais il ne tient qu’à vous de pousser pour une Europe fédérale, démocratique, sociale et écologique. Vous avez le pouvoir de décider pour cette Europe en 2014.

Pole projet
Jeunes Forces Democrates-UDI