Discours de Jean-Christophe Lagarde au
meeting des Européens, dimanche 18 mai 2014

 


Jean Christophe Lagarde | Docks de Paris, 18… par leseuropeens

 

« Nous sommes les militants de l’impossible, nous sommes les militants du rêve. Nous avons besoin de rêve pour progresser. C’est ça le message de l’UDI et du MODEM rassemblés, c’est ça le message de ces élections européennes: le 25 mai, faites gagner votre rêve !« 

 


Entretien de Jean-Christophe Lagarde avec Le Point

 

Le secrétaire général de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, déplore l’absence de débat dans la campagne pour les élections européennes. Interview à retrouver sur Le Point.fr

Le Point.fr : À deux semaines du scrutin européen, comment jugez-vous le débat ?

Jean-Christophe Lagarde : Consternant ! On assiste à un débat franco-français alors que ce n’est pas le sujet. Pourtant, l’enjeu de cette élection, à travers nos députés européens, c’est de choisir qui sera le futur président de la Commission, c’est-à-dire de définir la politique de l’Europe pour les cinq ans à venir. Pour l’Alternative (l’alliance UDI-Modem), il n’est pas question de poursuivre la politique ultra-libérale de José Manuel Barroso. Notre candidat, c’est Guy Verhofstadt, ex-Premier ministre belge, démocrate-social et européen convaincu.

 » Nous, les euro-constructeurs, voulons remettre l’Europe sur ses pieds alors qu’elle marche trop souvent sur la tête. »

Vous dénoncez Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon comme des « euro-fossoyeurs » qui trompent les Français. Expliquez-vous ?

Ensemble, ils forment un tandem et leur campagne est une tromperie honteuse. Ils prétendent que la sortie de l’euro serait la solution. Si c’était vrai, croyez-vous que les Grecs, les Italiens, les Espagnols et les Portugais auraient fait tant de sacrifices pour rester dans l’euro ? Des millions de citoyens ont dû subir des baisses de salaire ou de retraite de 25 à 40 % pour ne pas sortir de l’euro, vous les croyez masochistes ? Non, ils savaient que leur sortie aurait été une catastrophe et leur aurait coûté bien plus cher. Ce n’est pas l’Europe qui a créé leurs difficultés, mais l’irresponsabilité de leurs gouvernements. En France, cela nous pend au nez… Le vrai problème, c’est que l’Europe est restée au milieu du gué. On n’a pas rassemblé 500 millions de citoyens pour réglementer la taille des cages à poulets ! L’Europe doit se recentrer sur l’essentiel : la stratégie industrielle et commerciale, les grands flux migratoires, la politique d’approvisionnement et de mutation énergétique… Face à la mondialisation, l’Europe est notre seule chance de ne plus subir et d’imposer notre modèle.

Les centristes sont difficilement audibles depuis le départ de Jean-Louis Borloo et face à une UMP qui se déchire sur l’Europe…

À l’UMP, ils ne sont d’accord sur rien, au point que même l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, ne votera pas pour les listes UMP ! Au PS, ils sont dans le mensonge en disant vouloir lutter contre la rigueur en Europe, au moment même où MM. Hollande et Valls engagent une politique d’austérité sans précédent en France… Nous sommes les seuls à parler d’Europe dans cette campagne. Il est vrai que le départ de Jean-Louis Borloo est arrivé à un moment délicat, avant deux scrutins importants. Son absence est bien sûr un handicap. Mais, la mobilisation de nos candidats sous la bannière « Les Européens », tels Jean Arthuis dans l’Ouest, Sophie Auconie dans le Centre, ou encore Dominique Riquet dans le Nord, et l’engagement total de nos dirigeants sont en train de combler ce handicap.

 


 

Envie d’en savoir plus? Prenez le temps…

38 minutes d’entretien pour prendre le temps de recentrer le débat!

 

« C’est un centriste original, critique et au verbe tranchant que Mediapart a invité pour son émission «Objections». Un centriste paradoxal » (nous, on ne trouve pas 😉 )…

« Jean-Christophe Lagarde est europhile mais il a voté “non” en 2005 en dénonçant la fin de la volonté fédéraliste européenne, jugeant ce texte trop timoré. Il n’envisage d’alliance qu’avec la droite en France mais s’oppose à son candidat, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à Bruxelles, en le qualifiant de défenseur des paradis fiscaux »

 


«Objections»: Jean-Christophe Lagarde par Mediapart