#IdéesJFD                                         A retenir, nos propositions

  • Publier systématiquement toutes les dépenses réalisées par l’Etat et ses administrations à partir d’un certain montant
  • Demander à chaque Ministère de produire un agenda pour la transparence et la participation citoyenne
  • Développer l’administration électronique en ligne
  • Se doter de guichets uniques en ligne pour les citoyens et les entreprises
  • Instaurer une véritable politique cohérente de l’open data associée aux politiques d’innovation, de transparence et de réforme de l’Etat
  • Participer à l’initiative internationale de l’Open Governement Partnership

Nous contacter

Pour une véritable politique de gouvernement ouvert en France

Alors que s’achève le premier mandat de Barack Obama en tant que Président des États-Unis, une des premières réformes mises en place par son cabinet, « l’initiative pour un gouvernement ouvert », passée assez inaperçue en France, devrait pourtant faire date. Elle engage l’ensemble des administrations et agences de l’Etat à travailler avec les citoyens de manière transparente, participative et collaborative.

Le projet a depuis été repris par 34 autres gouvernements qui ensemble se sont réunis pour créer l’Open Government Partnership, une initiative multilatérale qui vise à obtenir des engagements concrets des pays en matière de gouvernement ouvert et à introduire un mécanisme d’évaluation multi-acteurs des résultats. L’initiative a récemment reçu le soutien de l’Organisation Internationale pour la Francophonie.

Réintroduire du lien et de la confiance entre les citoyens et les administrations

L’introduction d’une gouvernance ouverte vise à améliorer l’efficacité de l’action publique grâce à la diffusion d’informations, la participation des citoyens et une plus forte collaboration entre l’Etat et la société civile. La démarche suppose une utilisation large et intelligente des outils numériques. L’ouverture des données publiques, menée en France par la mission Étalab avec data.gouv.fr, en est une des composantes.

Mais l’esprit d’une gouvernance ouverte va au-delà de la diffusion de données. Cette initiative vise avant tout à réintroduire du lien et de la confiance entre des administrations et des ministères souvent jugés opaques sur leur fonctionnement, et des citoyens mal informés ayant l’impression d’être exclus de l’action publique. C’est seulement sur cette base que des solutions communes à des problèmes de société complexes pourront être mises en œuvre.

La France souffre depuis trop longtemps d’un rapport conflictuel entre ses services publics, ses entreprises et ses citoyens, et le dialogue social, cher à François Hollande, ne pourra à lui seul résorber la désaffection des Français pour leurs administrations. En outre, la communication politique se substitue bien trop souvent à la transparence des informations.

Engager une politique ambitieuse pour un gouvernement ouvert et transparent

C’est pourquoi il est temps que la France s’engage à son tour dans un véritable gouvernement ouvert. Cela signifie un effort de transparence de la part de l’ensemble des corps de l’Etat, inévitable pour rétablir la confiance, mais également une meilleure diffusion de l’information entre les administrations et vers les citoyens.

Les bénéfices potentiels sont immenses : simplification des démarches administratives et amélioration des services publics de proximité; participation citoyenne et amélioration du processus démocratique; réduction des coûts de fonctionnement des administrations et meilleure gestion de la dépense publique.

Voici plusieurs mesures qui pourraient être emblématiques de ce changement :

  • Publier systématiquement toutes les dépenses réalisées par l’Etat et ses administrations à partir d’un certain montant
  • Demander à chaque Ministère de produire un agenda pour la transparence et la participation citoyenne
  • Lancer un chantier ambitieux pour développer l’administration électronique en ligne (se doter de guichets uniques en ligne pour les citoyens et les entreprises)
  • Expérimenter la consultation participative sur des projets de loi (nous soutenons sur ce point l’initiative de Parlement & Citoyens)
  • Instaurer une véritable politique cohérente de l’open data associée aux politiques d’innovation, de transparence et de réforme de l’Etat
  • Participer à l’initiative internationale de l’Open Governement Partnership

La participation de la France à l’Open Government Partnership lui permettrait d’afficher à l’international ses engagements en termes de gouvernement ouvert et de profiter d’une plateforme unique pour l’échange d’expertises. La diplomatie économique et l’influence culturelle se jouent aussi dans le cadre de ce nouveau type d’instance.

Nous avons tendance à confondre transparence et protection de la vie privée. Les deux doivent aller de pair. Mais il ne saurait y avoir une transparence anglo-saxonne et une transparence à la française pour les institutions. Nous portons ensemble l’héritage des lumières. Il y a en revanche des gouvernements qui s’ouvrent sur leurs citoyens et d’autres moins.

Enfin, nous, les jeunes générations, avons une compréhension et une expérience indéniables sur ces nouveaux enjeux. C’est pourquoi nous souhaitons prendre part à la construction d’une France ouverte et transparente. C’est la France que nous voulons, celle qui sera la référence de demain.

Pole Réflexion
Jeunes Forces Démocrates