#IdéesJFD                                         A retenir, nos propositions

  • Une flotte commune d’avions ravitailleurs et d’avions de transport militaires sous pavillon européen et dont pourraient disposer les Etats-Membres
  • Des systèmes de communication satellitaire stratégique commun à l’UE
  •  des ambassades communes des Etats-Membres auprès des pays étrangers, rassemblées au sein d’un même bâtiments et partageants des services communs
  • Avoir enfin une défense et une diplomatie européenne

Nous contacter

L’Europe de la défense se cherche, une occasion manquée ?

Les Jeunes Forces Démocrates saluent l’intervention militaire d’assistance au Mali initiée par le Président de la République François Hollande, et chacun des militants JFD, comme l’ensemble des jeunes de l’UDI, ont une pensée particulière pour la famille et les proches du lieutenant Damien Boiteux, mortellement blessé lors des premiers combats.

Alors que la prise d’otages en Algérie souligne que le terrorisme extrémiste n’est en aucun cas le problème d’un seul pays, ou même d’une seule région, mais bien une lutte de tous les instants qui doit être menée partout dans le monde, cette décision courageuse et responsable d’engager nos troupes et la vie de nos soldats, honore la France. Cette intervention lancée dans une situation d’extrême urgence et de péril pour la population malienne, marque l’engagement de notre pays pour la défense de la démocratie, de la liberté et souligne notre lutte résolue contre le fondamentalisme.

A l’appel du gouvernement du Mali, la France est intervenue seule car l’urgence causée par l’agression d’éléments terroristes brutaux et fanatiques, le risque de conquête de l’ensemble du pays et d’effondrement du pouvoir civil malien, l’exigeait. Rapidement des troupes dépêchées par de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest ont rejoint l’armée malienne et ont permis de stopper l’avancée des terroristes, puis de commencer une remontée vers le nord du pays.

Petit à petit, plusieurs pays européens ont également apporté leur aide logistique, sinon leurs soutiens unanimes. Rassembler et mobiliser l’ensemble des pays européens est crucial car la lutte contre le terrorisme est une lutte qui nous concerne tous, et la France ne peut pas supporter seule la pacification d’une situation aussi complexe que peut l’être celle de l’Azawad et la menace terroriste. Il est de l’intérêt vital pour l’Union Européenne et pour ses citoyens, d’agir en commun pour réduire cette menace claire, visible et qui n’a rarement été aussi pressante.

Cette crise jette une lumière crue sur l’absence assourdissante de l’Europe sur la scène diplomatique internationale. L’Europe ne parle pas d’une seule voix sur une question qui pourtant concerne tout le continent, et le Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, ne joue pas son rôle. Certes, la défense comme la diplomatie sont des domaines qui relèvent historiquement de la compétence souveraine des Etats, mais pour faire face à une situation dont tous les pays reconnaissent l’urgente nécessité d’intervenir, il est regrettable que la diplomatie européenne de Mme Ashton n’ait saisi l’occasion de faire entendre de manière forte la voix de la première puissance économique du monde. Nous aurions ainsi pu imaginer qu’immédiatement après l’intervention française au Mali, l’Eurocorps, ou même seulement la Brigade Franco-Allemande, intervienne aux côtés de nos soldats et des forces africaines. Un signal fort lancé aux terroristes et aux européens signifiant que toute l’Europe prend pleinement conscience de son rôle à jouer pour contenir une menace qui concerne autant l’Afrique que l’UE. Il est de même très regrettable que l’Europe ne s’affirme pas plus activement pour faire cesser les exactions du pouvoir syrien qui semble désormais ne plus hésiter à recourir aux armes chimiques.

Il faut toutefois reconnaître que quelques efforts ont été initiés ces dernières années. Il existe ainsi une Agence Européenne de Défense, un Collège européen de sécurité et de défense, ou encore, depuis 2011, des projets communs de mutualisation et de partage concernent notamment le ravitaillement des appareils en vol, le renseignement et la reconnaissance, l’entraînement, ainsi que la surveillance maritime et les hôpitaux de campagne, sans parler des réussites européennes de la défense comme EADS et son A400M ou encore Eurocopter et même Galileo dont l’usage est civil avant tout, mais également militaire.

Pourtant, les domaines liés à la diplomatie et à la défense européenne pour lesquels nous gagnerions beaucoup à mutualiser nos efforts et travailler ensemble sont nombreux. Ne pourrait-on imaginer une flotte commune d’avions ravitailleurs et d’avions de transport militaires sous pavillon européen et dont pourraient disposer les Etats-Membres ? Ou encore des systèmes de communication satellitaire stratégique commun ? De même, nous pourrions tout à fait concevoir des ambassades communes des Etats-Membres auprès des pays étrangers, rassemblées au sein d’un même bâtiments et partageants des services communs ? Il y aurait là assurément matière à économiser tout en demeurant efficaces alors que les dépenses publiques doivent être réduites. Et de ces premières briques pourraient, enfin, émerger un géant diplomatique.

Pole Réflexion

Jeunes Forces Démocrates

 

Pour en savoir plus

L’Eurocorps et la Brigade Franco-Allemande
L’Agence Européenne de Défense (en anglais)