« L’opposition constructive, c’est l’UDI. »

Jeremy Coste, porte-parole des Jeunes Forces Démocrates, membre fondateur de l’UDI, était face à Bénédicte Laumond, membre des Jeunes écologistes, David-Xavier Weiss secrétaire national de l’UMP et conseiller municipal de Levallois, Ian Brossat, président du groupe Front de Gauche au Conseil de Paris, et Edgar Minimbu, Maire-adjoint PS d’Aubervilliers et président des Jeunes Élus de France. Extraits de certaines de ses interventions :

[Présidence de l’UMP] « Pour ma part, je suis militant et adhérent de l’UDI, ce nouveau parti que les français attendent. La présidence de l’UMP ne nous concerne pas, et d’ailleurs ce débat n’a fait que 10% de part d’audience. L’UMP appartient au passé, l’opposition constructive au PS, c’est l’UDI. »

[Rapport Gallois] « M. Gallois est un grand industriel. On pourrait attendre du gouvernement qu’il l’écoute, mais on voit déjà certains ministres, comme M. Moscovici, dire « On verra… » Sur les 35 heures, par exemple. Au centre, à l’UDI, cela fait longtemps que l’on demande que [le temps de travail] soit négocié par branches. Nous estimons qu’il faut revenir sur cette loi [les 35 heures] et adapter le code du travail en fonction de la pénibilité du travail. »

[Refiscalisation des heures supplémentaires] « Les heures supplémentaires permettaient au français modestes d’avoir un pouvoir d’achat supplémentaire et permettaient aux entreprises d’être plus souples dans leur gestion pour être plus compétitives. On pourrait parler aussi du matraquage fiscal… À tous les niveaux, le gouvernement est en train d’assommer les français, les classes moyennes et les autres. »

[Loi sur le logement] « Mise à part le couac, sur le fond cette loi est positive. Elle augmente le quota de logement sociaux, c’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant. Il faut augmenter le quota de logement sociaux à 25% mais aussi le limiter à 50%. Souvent sur le territoire français, on est dans des logiques d’agglomération, je souhaite que dans ces agglomérations on puisse équilibrer et répartir les logements sociaux. »

« Une Europe politique, une Europe puissance. »

[Élections américaines] « En France nous avons des talents en terme de communication politique, il suffit juste de les garder et ne pas les faire partir. La politique américaine ne me fait pas rêver. Sur le fond, la réalité c’est qu’un Président américain reste un Président américain, c’est un modèle qui n’est pas celui de l’Europe. Je défends une Europe politique, une Europe puissance. »

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’émission (40 min) en podcast :