Aujourd’hui a lieu la conférence sociale pour l’emploi au Palais d’Iena en présence de François Hollande. Au cœur du programme: le compte personnel d’activité. Les Jeunes Forces Démocrates prennent position.


Démocrates sociaux, héritiers de la démocratie-chrétienne, du catholicisme social et de l’humanisme rhénan, nous défendons un modèle dans lequel chacun peut aboutir à l’accomplissement de ses projets. Nous estimons que chaque actif, chaque travailleur, chaque ouvrier doit pouvoir évoluer au cours de sa vie professionnelle et devenir entrepreneur s’il le souhaite.

A partir du 1er Janvier 2017, le compte personnel d’activité sera mis en place. Il s’agit de regrouper tous les droits des actifs sur un compte unique. Ainsi, le compte personnel de formation, les droits à l’assurance chômage, le compte de prévention à la pénibilité, les congés payés etc… ne figureront plus sur des comptes séparés. Considérée comme la plus grande réforme sociale du quinquennat Hollande, l’objectif affiché est la flexibilité car de moins en moins d’actifs passent leurs vies professionnelles dans la même entreprise. Si un employé perd son travail, il doit avoir les meilleurs outils en main pour retrouver le chemin de l’emploi.


Si l’idée est bonne, elle n’est pas suffisante. Comme le souligne à juste titre la CFDT et la CFE-CGC, le CPA doit permettre à chacun d’évoluer pendant sa carrière, il doit favoriser les passerelles tout en conservant les droits acquis depuis le siècle dernier. Il ne doit pas y avoir de différence entre le public et le privé contrairement à ce que souhaite le ministre Rebsamen.
Pour autant, cela ne signifie pas que le CPA doit être une charge supplémentaire pour les entreprises qui recrutent. Le modèle de financement reste à penser.

Pour les Jeunes Forces Démocrates, la création d’un compte personnel d’activité serait incomplet s’il ne prenait pas en compte les vrais besoins de la jeunesse: l’insertion professionnel ; le premier emploi. Il s’agit de valoriser vraiment tous les profils: du jeune sans diplôme au doctorant, en passant par les Bac+3 et Bac+5.
Souvent, un jeune, qu’il soit diplômé ou non, reste à former pour qu’il soit opérationnel au sein de l’entreprise. C’est un gros frein à l’embauche.
Ainsi, nous proposons que lorsqu’un jeune s’inscrit à pôle emploi, un certain nombre de crédits “formation” lui soient octroyés afin de le préparer au mieux au monde du travail. L’occasion lui sera donnée de mettre dans sa lettre de motivation, son intention de se former “avec ses crédits” afin d’intégrer l’entreprise ou l’administration dans laquelle il postule.
Une valorisation doit être également mise en place si le jeune chercheur d’emploi s’est engagé auparavant au sein d’associations ou dans un service civique.

Si pôle-emploi paye déjà quelques unes de ces formations, elle reste encore à démocratiser et à populariser.

Les jeunes Forces Démocrates souhaitent ainsi que cette mesure soit également une réforme pour la jeunesse.

Laurent Schumacher,

Pôle projet des Jeunes Forces Démocrates


Pour aller plus loin :

http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2137/le-compte-personnel-d-activite-c,18936.html