C’est avec stupeur que nous apprenons la signature prochaine d’un décret visant à expulser du dispositif des APL, les jeunes de moins de 25 ans ayant un contrat de travailleurs précaires et touchant moins de 1 290€ par mois.

Mais que fait le gouvernement, que fait la majorité de gauche à la jeunesse la plus fragile de notre pays?

Nous pensions que Manuel Valls et François Hollande avaient entendu les revendications de cette dernière lorsqu’au 04 mai 2015 le Chef de l’Etat annonçait ne pas toucher aux aides au logement.

Nous pensions que Manuel Valls et François Hollande avaient entendu et compris le message de désespoir lancé par la jeunesse française, citoyenne de l’Europe lors des élections régionales qui s’est réfugiée vers les extrêmes ou l’abstention.

Mais c’était sans compter sur un changement de cap du tandem-pédalo majoritaire.

En guise de réponse à ce mal-être, à ce sentiment d’abandon voici qu’exclusion et pauvreté sont promis aux jeunes français qui faute d’un système éducatif efficace et adaptés à chacun, se sont jetés dans le monde professionnel pour survivre.

Nous sommes face à un pouvoir devenu fou, coupé non seulement de la réalité quant à la vie quotidienne de ces citoyens mais incompétent quand il s’agit de la défense de l’intérêt supérieur de la nation qui est de préparer au mieux sa jeunesse pour l’avenir.

Cet acte ignoble doit être combattu avec force.

C’est pourquoi nous souhaiterions demander à nos parlementaires UDI de se saisir de ce dossier sans tarder afin que perdure l’intransigeante volonté d’investir sur la jeunesse qui demain sera le visage de la France.

Il est vital de soutenir les jeunes actifs précaires, les étudiants car un pays qui abat sa jeunesse est un pays qui s’éteint.

Matthieu Delcambre,
Membre associé au bureau national des Jeunes Forces Démocrates